Publiée le 31 mars 2014 Par Emilie de info-thailande.fr

La religion

Dans un pays diversifié comme la thailande, le ciment de ce pays semble être la religion.
En effet, 95% des thailandais sont bouddhistes de la tradition appelée “theravada” (voix des anciens). L’école “theravada” est souvent appelée “l’école du Sud” car elle a voyagé du sous-continent indien jusqu’au sud-est de l’Asie. Cette doctrine est la ligne conductrice dans les nombreux domaines de la vie quotidienne.
Par exemple, on insiste beaucoup dur le caractère sacré de la famille, des familles et de la cohésion sociale.
Dans cette religion, la vie ne découle pas d’une série de choix librement décidés mais du karma accumulé par l’individu au cours de ses vies précédentes. De manière plus claire, seuls les actes déterminent le cours de la vie, aucun dieu ne peut intervenir pour en modifier les conséquences. Ils ne voient dans le bouddha qu’un maître sur le chemin de la vérité, ils sont libres de pratiquer la religion du moment qu’ils suivent son enseignement.
Croyant en la réincarnation, les bouddhistes ne considèrent jamais comme honteux leur acte individuel.
Ils croient en les 4 saintes vérités découvertes par le bouddha lors de son éveil.

  • toute vie est souffrance
  • toute souffrance est causée par le désir
  • la souffrance peut être surmontée par l’extinction du désir
  • le désir peut être surmonté en suivant la noble voix aux 8 principes (compréhension, pensée, discours, conduite corporelle, mode de vie, attention, concentration et effort)

Pour y accéder, les thailandais cherchent à accumuler les mérites d’ où l’importance des offrandes et de l’omniprésence des “watz” dans les villes ou dans leurs vies. Ils sont libres de se rendre au temple selon leurs envies et le cours de celle-ci ( évènement positif) . Mais en général, ils se rendent au temple au moins une fois par semaine pour faire des offrandes (boutons de lotus,, bâtons d’encens), écouter des sermons, recevoir les bénédictions ou dorer les images du bouddha.
Cependant, il faut savoir que les hommes sont censés faire une retraite dans un monastère au moins une fois dans leur vie pendant 3 mois ( entrée leur de la fête du “khao phansa” (voir article)). Ce retrait permet d’approfondir ses connaissances au bouddhisme et d’améliorer son karma.
En thailande, on est souvent étonné par le nombre de moine qui vivent dans les monastères et sont présents dans les temples. On en compte environ 250 000 pour 30 000 monastères. Ils se mélangent avec le peuple notamment par le fait qu’ils n’ont le droit de se nourrir qu’avec les aliments qui leur sont offerts.
On parle de la quête de nourriture “bintahat” …. Donner à manger aux moines permet d’acquérir des mérites.

Les temples

– Les wat ou temples occupent une place centrale dans la communauté. Ce sont des lieux de culte, d’échanges et de réunion où les habitants se retrouvent pour bavarder. Ils abritent les résidences des moines ainsi que des foyers et même des écoles.
Une telle activité peut parfois faire oublier au visiteur étranger que le temple est un endroit sacré. N’hésitez pas à consulter les petites infos pratiques…

Photo Thailande-4

L’iconographie bouddhique

Les temples regorgent de statues bouddhiques… qui paraissent toutes identiques à première vue…; mais à y regarder de plus près, on s’aperçoit que les bouddhas du pays partagent un certain nombre de postures et de gestes connus sous le nom de “mudras” , qui symbolisent les évènements importants de la vie du Bouddha et soulignent le caractère bienveillant de la religion.
Le Bouddha est généralement représenté soit assis, debout, en mouvement ou couché.
Les bouddhas assis incarnent tous les évènements important de la vie de l’Eveillé, précisés par la position des mains.
*Le bouddha assis, les deux mains posées, paumes retournées, sur ses jambes pliées en position de lotus correspond au ‘mudra de la méditation”. Cette posture fait notamment référence à la dernière période de méditation du Bouddha et le moment de son illumination sous l’arbre de l’Eveil. Sa sérénité représente le but extatique recherchée par les grands adeptes du yoga.
* Le bouddha assis en demi-lotus et touchant le sol du bout des doigts de la main droite, symbolise sa victoire sur le Mal et son appel à la déesse terre afin qu’elle témoigne de ses mérites. On l’appelle le” mudra de la prise à témoin de la Terre”
* Dans la troisième position assise, le bouddha a les deux mains à la hauteur de la poitrine, Le pouce et l’index de la main droite sont joints représentant le cercle de la Loi. Celle-ci symbolise la mise en mouvement de la loi bouddhiste , l’éternel cycle des naissances et des renaissances et les principes du karma et du nirvana. Généralement cette posture est appelée le “mudra de la mise en route de la roue de la Loi.”
* Le dernière posture assise est le” mudra du don”, elle est très proche du “mudra du triomphe du mal”; la différence est que les mains se trouvent à la hauteur des épaules, paumes dirigées vers l’extérieur, l’une représentant l’offrande . Elle représente les voeux d’assistance et le don de la vérité.
* “ Le mudra du triomphe du mal” (également appelé le mudra de l’apaisement ou de l’absence de crainte) représente, en général, le bouddha debout. Il a la main droite ou gauche, voire les deux, levées à la hauteur des épaules, paumes tournées vers l’extérieur, les doigts tendus. Selon la légende, cette posture trouve son origine au moment où le bouddha aurait été attaqué par un éléphant pour le piétiner; mais celui-ci se serait immobilisé en voyant l’Eveillé lever la main droite.
* “Le mudra de l’adoration” est à l’origine du “wai” (salut thailandais”) avec les deux paumes jointes au niveau de la poitrine. Il est exécuté par les “bodhisattva” (les anges) qui rendent hommage au Bouddha.
* Le dernier mudra est celui du Bouddha couché représentant les derniers instants de vie. Sachant quela fin était proche, il se coucha sur le côté droit et resta en médiation jusqu’à atteindre le parnirvana (la cessation de la perception et de la sensation). On parle du” mudra de l’éveil”.

Les petites infos pratiques

  • Ne jamais pointer ses pieds face à son interlocuteur ou face au Bouddha dans les temples. Considéré comme la partie la plus basse du corps, c’est un position insultante à son égard. Assis, gardez les jambes pliées sous les fesses.
  • Déchaussez-vous pour rentrer chez la plupart des particuliers et dans les temples.
  • Se vêtir correctement avant de rentrer dans les “wat”
  • Toutes les représentations sont sacrées, respectez les

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *