La Thaïlande : projecteur sur un tigre de l’Asie

La Thaïlande est un pays du sud-est asiatique. En forme longue, le pays est appelé : le royaume de Thaïlande. Anciennement baptisé le royaume de Siam, c’est en 1939 qu’il change de nom. Il partage sa frontière ouest et nord-ouest avec la Birmanie et sa frontière sud avec la Malaisie. À l’est, il est limité par le Cambodge et au nord-est par le Laos. La langue qui y est officiellement parlée est le Thaï. Krung Thep autrement appelée Bangkok est la capitale du pays. Le régime politique du Royaume est une monarchie constitutionnelle depuis 1932. Le roi est titré chef de l’État et chef des forces armées.

Histoire récente

L’histoire récente du pays est marquée par une grave instabilité politique. Depuis 1932, le pays a connu 19 coups d’états réussis ou non. La date du 22 mai 2014 est celle du dernier. Pendant 70 ans, le roi Bhumibol Adlyadej (Rama IX) a été le seul souverain du pays. Son long règne explique pourquoi plusieurs générations de Thaïlandais n’ont connu que lui comme souverain. Il décéda le 13 octobre 2016. Le 1er décembre de la même année, son fils accéda au trône en tant que 10e souverain de la dynastie Chakri. Laquelle dynastie règne depuis 1782.

Au plan économique, la Thaïlande a connu une croissance rapide au cours de la décennie 1985-1995. Classée au rang des tigres asiatiques, le royaume figure parmi les nouveaux pays industrialisés. Les nombreuses destinations touristiques du pays donnent à la filière tourisme une place prépondérante dans l’économie nationale. Toutefois, les avancées économiques du royaume de Thaïlande sont aussi liées aux exportations.

Relief et hydrographie

Le pays est une partie de la péninsule indochinoise. De l’est vers l’ouest, il s’étend sur 805 km. En revanche, 1770 km séparent le nord d’avec le sud du pays. La plaine alluviale de Chao Phraya se situe au centre du pays. Autour de ce fleuve qui est justement le plus grand du pays, se développe une importante région agricole. La densité de la population y est la plus élevée de toutes les régions de la Thaïlande. C’est à proximité du delta du Maenam Chao Phraya que se situe la ville de Bangkok. Un massif montagneux entoure ce bassin et fait corps avec la frontière birmane, offrant de hauts sommets dont le point culminant est de 2595 mètres. La région péninsulaire est quant à elle bordée de plaines côtières dont le point culminant est de 1786 mètres. Une autre chaîne montagneuse s’élève à l’est du bassin du plus grand fleuve du pays. D’axe nord-sud, elle culmine à 1270 mètres. Le tiers oriental du pays est couvert d’un plateau bas et aride. Il borde la vallée du Mékong.

Climat et environnement

La Thaïlande est caractérisée par un climat de mousson. De décembre à avril s’étend une saison sèche. Une saison de mousson couvre la période allant de fin mai à novembre. Toutefois, une troisième saison est distinguée dans le nord du pays. Elle porte le nom de saison froide. Dans le sud du pays, en raison de la proximité avec la mer, la saison sèche est plus courte. Le climat de la Thaïlande est profondément menacé par les facteurs de changements climatiques. Le premier secteur d’activité qui en souffre est bien entendu l’agriculture. Les températures connaissent des augmentations parfois alarmantes et des inondations détruisent les cultures. À cela, il faut ajouter la sécheresse, les tempêtes et l’élévation du niveau de la mer qui sont autant de facteurs qui menacent l’économie agricole thaïlandaise. Des catastrophes à grande échelle ont été observées ces dernières années, dévastant l’agriculture et l’économie.

Sur le plan de la sauvegarde de l’environnement, le pays doit encore faire face à de grands défis. La principale source de pollution reste le trafic automobile auquel il faut ajouter les grandes industries à base de charbon. Il existe certes des règlementations en la matière, mais elles ne sont pas toujours respectées. La répression contre ces manquements demeure encore faible voire théorique.

Economie

C’est à l’agriculture, à la transformation et à l’exportation des produits agricoles que les Thaïlandais doivent en partie la force de leur économie. Pays membre de la Coopération Economique pour l’Asie Pacifique (APEC) et comptée parmi les pays les plus prospères d’Asie, la Thaïlande doit pourtant faire face aux aléas de la monoculture. L’économie du pays est en effet extrêmement sensible aux variations des cours mondiaux du riz : un des principaux produits que le pays exporte. Il faut également compter la Thaïlande parmi les principaux pays au monde exportateurs de sucre. Le pays est en effet un traditionnel exportateur de produits issus de la canne à sucre. Son climat et son sol sont favorables à cette culture. De 2010 à 2016, le pays a occupé le 5e rang mondial dans la production de sucre. Mais il faut préciser que l’agriculture thaïlandaise ne contribue qu’à hauteur de 8,4% du PIB en 2012. Ce secteur d’activité connait donc une croissance moindre que celle de l’industrie ou tourisme.

Tourisme et culture

Le tourisme est d’un grand apport à l’économie thaïlandaise. Le pays dispose de plusieurs destinations privilégiées comme :

  • La station balnéaire de Pattaya
  • Le parc d’Ayutthaya
  • Les provinces méridionales de Phuket, de Phang Nga, de Krabi
  • Les nombreuses îles du golfe de Thaïlande
  • Le temple aux trois tours
  • Le sanctuaire de Chiang Mai érigé en 1345.

Le tourisme thaïlandais a toutefois été longtemps restreint aux stations balnéaires de la péninsule. La nouvelle politique des autorités consiste à attirer les visiteurs vers les provinces du nord qui offrent à voir, de nombreux vestiges archéologiques.

Sur le plan culturel, la Thaïlande est profondément marquée par le bouddhisme. La sculpture, la peinture ainsi que la danse et la musique du pays témoignent de cette grande influence du bouddhisme et de ses dérivés. Plus de 60 langues y sont parlées. Mais à 85%, la population parle le Thaï qui est la langue officielle du pays. L’art culinaire se sert d’une grande variété d’herbes et de racines. La cuisine y est par conséquent très parfumée. Les fruits de mer, les produits fermiers qui y sont abondants viennent enrichir les habitudes culinaires des Thaïlandais.