Publiée le 8 avril 2015 Par Emilie de info-thailande.fr

Le Parc historique de Sukhothai

A quelque 450 km au nord de Bangkok, Sukhothai ou « l’aube de la félicité » fut le centre du premier royaume indépendant de Thaïlande. (cf. article Histoire de la Thaïlande). Certaines des plus belles oeuvres de l’histoire artistique du pays y verront le jour, dont des splendides statues de Bouddha.
Après avoir connu un âge d’or (1279 à1378), Sukhothai s’effaça des mémoires au fil des siècles. Il faudra attendre en 1782, Rama 1er, qui cherchant à légitimer son pouvoir par une parenté royale et religieuse, fit décorer les temples et monastères récemment construits à Bangkok par des centaines de statues de Sukhothai. L’intérêt était relancé! En 1977, des travaux de restauration commencèrent et, seize ans plus tard, le Parc National historique de Sukhothai ouvrait ses portes au public sur quelque 70 km2.
Les ruines de Sukhothai, classées au patrimoine mondial de l’Unesco, comptent parmi les sites les plus impressionnants du pays. Ce parc comprend les vestiges de 21 sites historiques et 4 grands étangs à l’intérieur des remparts, plus de 70 sites dans un rayon de 5km.
L’architecture des temples se caractérise par un chédi classique en bouton de lotus, avec une flèche conique surmontant une structure carrée sur une base à 3 niveaux. Certains sites présentent d’autres formes architecturales, introduites ou modifiées durant l’époque, comme les chédi en forme de cloche Cinghalais et ceux de 2 niveaux de style Srivijaya.
Le site se divise en 5 secteurs-nord, sud, est, ouest et centre- dont les plus importants se concentrent à l’intérieur des murs de la zone centrale.

Conseil de notre guide :

  • Certaines des ruines se situent à l’extérieur des remparts; un vélo ou une moto vous permettront de toutes les découvrir. Location entre 10 et 50 Bahts.
  • Un droit d’entrée de 100 Bahts est demandé pour la zone centrale, nord et est.
  • Attention, chaque zone possède ses heures d’ouverture et de fermeture.
    • Zone centrale: 6h30/20h
    • Zone nord: 7h30/17h30
    • Zone ouest : 7h30/17h30
  • Mieux vaut visiter les vastes ruines de Sukhothai et ses environs durant la saison fraîche de novembre à février. Toutefois, même à cette période, allez-y de préférence tôt le matin ou en fin d’après-midi pour éviter les pics de chaleur.
  • En novembre, la fête annuelle de Loy Krathong- marquée par la mise à l’eau d’esquifs miniatures décorés de fleurs, d’encens et de petites pièces-se célèbre de manière très importante à Sukhothai. Au programme: feux d’artifice, danses folkloriques et spectacle son et lumière avec, pour cadre, le Wat Mahathat.

1. La zone centrale

Le musée Ramkhamhaeng

Cet édifice, à l’entrée de la zone centrale du parc, offre une excellente introduction à l’histoire, à l’art et à l’artisanat de Sukhothai, de Si Satchanalai et de Kamphaeng (province des alentours). Ce musée abrite une collection de sculptures( bouddhas Sukhothai et statues khmères anciennes), de céramiques Sangkhalok provenant de Si Satchanalai et d’autres objets archéologiques du centre de la Thaïlande.
L’imposante statue en bronze d’un bouddha en marche, qui fait face à l’entrée principale est l’une des pièces maîtresses du musée; car elle est considérée comme l’innovation majeure de Sukhothai en matière de sculpture. L’oeuvre révèle des caractéristiques typiques de ce style: fluidité des lignes, personnage androgyne, interprétation des 32 raksana ou marques physiques permettant de reconnaître un bouddha, comme des talons larges, des bras descendant jusqu’aux genoux ou des doigts et des orteils de même longueur. Face à ce bouddha, vous pourrez constater que malgré la propagation de la religion bouddhiste, durant l’âge d’or de Sukhothai, l’influence hindoue reste forte (présence des 2 bronzes de divinités hindoues qui encadrent le bouddha). D’une grande finesse, celui de droite réunit les attributs de Vishnu et de Shiva).
Le deuxième étage est en grande partie consacré aux bouddhas de Sukhothai.
Au sol de la mezzanine, vous admirerez une copie de la célèbre inscription gravée dans la pierre par le roi Ramkhamhaeng. L’originale, d’une valeur inestimable, orne le Musée national de Bangkok.
Différentes sculptures sont disséminées dans les jardins du musée, parmi lesquelles un exemple rare de temple phallique khmer et une série d’éléphants en stuc provenant de temples de la région.

Conseil du guide : ouvert tous les jours de 9h à 16h. Entrée à 150 Bahts.
Coordonnées : 0 5561 2167 ou www.thailandmuseum.com.

Le Wat Mahathat

Centre spirituel de l’ancienne cité de Sukhothai, le Wat Mahathat englobait tout à la fois le temple royal et le plus important monastère bouddhiste du Sud-Est asiatique. Entouré de murs en brique (206m de long et 200 m de large) et de douves gravement détérioré par la guerre et les intempéries, ce wat continue de symboliser le foyer religieux du plus brillant des royaumes thaïlandais. Nul ne sait avec exactitude l’origine de ce sanctuaire, attribué le plus souvent au premier roi de Sukhothai , Sri Inthradit. L’architecture actuelle résulte d’une restauration financée par le fils de Ramkhamhaeng, Lo Thai aux alentours de 1345.
Le complexe s’organisait initialement selon une disposition en quinconce typique du style khmer, avec une tour centrale et 4 tours axiales bâties sur une terrasse en latérite. A l’occasion de sa rénovation, le temple se verra adjoindre 4 tours en briques.
Le mieux est d’imaginer ce wat intact doté de prés de 200 chédi, d’une douzaine de wihan et d’un impressionnant bot central entouré de douves. L’attention est attirée par le chédi central qui s’élance vers le ciel, érigé par Lo Thai pour abriter 2 reliques sacrées du Bouddha. Le monument fut conçu dans le style cinghalais ayant la forme et l’ornementation caractéristiques d’un bouton de lotus.
Aujourd’hui, plusieurs statues monumentales conservent leur sérénité dans les ruines.

Le Wat Si Sawai

Au sud-ouest de Wat Mahathat, l’ancien sanctuaire hindou de Wat Si Sawai fut tout d’abord dédié aux divinités brahmaniques hindoues khmères, puis adapté au XIVe siècle aux croyances bouddhiques. L’architecture de style khmer comporte côte à côte trois prang en épis de maïs, érigé par le roi Jayavarman VII d’Angkor mais dont l’ornementation en stuc représentant des divinités et des oiseaux mythiques date du XIVe siècle (schéma classique de nombreux temples khmers de Thaïlande).

Le Wat Sa Si

Egalement appelé « monastère de l’étang sacré », le Wat Sa Si se tient sur une île, à l’ouest du monument en bronze du roi Ramkhamhaeng. Composé d’un chédi de style cinghalais, les ruines de l’édifice principal consistent en 6 rangées de colonnes menant à une statue de bouddha assis bien restaurée dans la tradition de Sukhothai. A l’extérieur, un petit bouddha noir en marche.

2. La zone nord

Certains des plus beaux monuments de Sukhothai se trouvent à l’extérieur des murs de l’ancienne cité, au nord de la ville. Leur éloignement décourage plus d’un visiteur!

Conseil du guide : pour partir à la découverte de ces temples, vous pouvez louer une bicyclette près de l’entrée Est de la vieille ville et vous engager hors des sentiers battus pour rencontrer un visage plus authentique de l’ancienne capitale.

Le Wat Phra Phai Luang

Le Wat Phra Phai Luang ou le « temple du grand vent » situé à environ 1,6 km au nord du Wat Mahathat, fut certainement autrefois le second monastère bouddhique le plus important, après ce dernier. Temple hindou construit par les Khmers au XIIe siècle, seul subsiste les 3 prang en latérite habillés de stuc. Lors de la restauration, on découvrit la statue incomplète d’un bouddha assis en pierre, sculptée en 1191 sous le règne du roi khmer Jayavarman VII et conservée depuis dans les jardins du musée Ramkhamhaeng.
A l’est du sanctuaire principal, un chedi pyramidal en briques recèle plusieurs statues de Bouddha en stuc de la fin du 13e siècle. Sa rénovation en 1953 a mis au jour des niches auparavant murées.
Le gouvernement prendra conscience des pillages subis lorsque les têtes de statues en stuc provenant de son chedi feront leur apparition sur le marché des antiquités de Bangkok. Les oeuvres de style Chiang Saen qui n’ont pas quitté le pays sont, aujourd’hui,  pour la majorité au Musée national de Bangkok.

Le Wat Si Chum

A l’ouest du Wat Phra Phai Luang, le Wat Si Chum détient l’une des statues de Bouddha les plus imposantes de Thaïlande.  A l’intérieur du mondop carré datant de la seconde moitié du 14e siècle, cette statue en stuc haute de 15m figure le Bouddha assis, vainqueur de la déesse Mara, incarnation du Mal. Les archéologues pensent qu’il s’agit du « Phra Achana » mentionné dans la fameuse inscription de Ramkhamhaeng.
Un escalier aménagé dans les murs du mondop et coiffé d’ardoises sculptées illustrant les scènes du folklore bouddhique mène au toit. Ces marches symbolisent l’ascension vers l’état de Bouddha. Compte tenu du danger qu’elles représentent, et afin d’empêcher les visiteurs de se retrouver au-dessus de la tête de Bouddha, le public n’a plus le droit de les gravir.
Aujourd’hui, ce lieu est un lieu de pèlerinage pour les pèlerins thaïlandais.

3. La zone sud

Surtout célèbres pour leurs superbes-mais rares-vestiges en stuc, les monuments situés au sud demeurent modestes. L’isolement des sites a profité aux pillards qui ont volé la plupart des ornements, parmi lesquels des images de divinités et des garuda.

Le wat Chetupon

Les vestiges les plus impressionnants sont ceux du Wat Chetupon fondé au XVe siècle.
Le mur protégeant son viharn se compose d’ardoises imitant le bois, tandis que d’énormes plaques d’ardoises extraites des collines voisines font office de portes. Egalement construits en pierre, des ponts enjambent la douve cernant le temple.
Le chédi central renferme des statues de Bouddha debout, couché, assis et en train de marcher. Les plus beaux spécimens sont un grand bouddha debout en stuc , et un superbe bouddha en marche, dans le même matériau.

4. La zone ouest

A l’ouest de l’ancienne cités , plusieurs temples en brique ont été victimes d’actes de vandalisme et de pillage; laissant une vaste zone sans grand intérêt.

Le wat saphan hin

« A l’ouest de la cité de Sukhothai, raconte la stèle de Ramkhamhaeng, il y a une forêt où le roi a fait des offrandes, et dans cette forêt, un magnifique viharn, grand et spacieux, qui recèle une représentation du Bouddha debout, haute de 18 coudées ».
Aujourd’hui, nous comprenons qu’il s’agit de Wat Saphan Hin. Situé au sommet d’une colline, il doit son nom de « monastère du pont en pierre » au fait qu’un escalier constitué de larges dalles de pierre y mène. L’effort fourni pour y parvenir est largement récompensé par la découverte de la statue de 12m de hauteur de Bouddha (certainement celle décrite par Ramkhamhaeng) et d’une superbe vue sur les ruines de Sukhothai au sud-est et les montagnes du nord et du sud. La main levée du Bouddha semble amener la paix et bénir la vallée et la cité.
Du temple d’origine, il ne reste que quelques chédi et le wiharn en ruine, qui se résume à deux rangées de colonnes en latérite encadrant le bouddha debout.

Conseil du guide (restaurant) :
La spécialité de cette ville est « les nouilles à la mode de Sukhothai »( servies dans un bouillon légèrement sucré avec des morceaux de porc, de cacahuètes pilées et des haricots verts émincés).

Dream café. Un café-resto tout en bois massif et carrelage chargé de nombreux bibelots donnent l’impression de manger dans un musée ou une boutique d’antiquités. La carte présente les bases de la cuisine thaïlandaise et explique dans quel ordre commander les plats et comment les déguster. Essayez l’un des yam (salades thaïlandaises) ou l’un des plats de poisson d’eau douce (une spécialité locale). D’un point de vue des boissons, essayez les stamina drinks. Composé d’alcool de riz (yaa dong) et d’herbes médicinales, ils ont tous leurs petits effet!
Coordonnée: 86/1 Thanon Singhawat. Ouvert de 10h à 22h30.

Chula. Ce restaurant réputé auprès des familles thaïlandaises propose une bonne cuisine. Faites votre choix parmi les plats préparés (visible sur des réchauds. Attention, la plupart sont très épicés) ou désignez les ingrédients crus que l’on fera sauter devant vous.
Coordonnée: Thanon Jarot Withithong, New Sukhothai. Ouvert tous les jours jusqu’à 2h.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *